Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

T'es qui là ?

Photo019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecriveurs dans le Collectif des 12 Singes, nous sommes aussi photograffeurs de street-Art avec pour spécialités Montpellier (et sa région) ainsi que les graffitis à message écrit

 

couv-photograffies-V1.jpg

 

 

[voir notre 3è livre,

"Photograffi(ti)es d'Expressions Murales : Pierres Philosophales (Volume 1)"]

 

 

 

mur blanc Peuple bavard mais recouvertEn complément de cela, nous nous engageons dans la Défense et promotion du street-Art mad'in France

 

  
eGalerie pour avoir du street-Art chez soi

 

Bons plans prestations graffiques

 

LIVRE D'OR

{retours des street-Artistes pour modification/validation des articles avant mise en ligne}

 

TOP articles les plus consultés le mois dernier

Paperblog

29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 16:06

 

Soeurs-Noires-Defroquees.jpg

 

À l’occasion de leurs 10 ans, le samedi 11 janvier les Sœurs Noires Défroquées se reforment le temps d'une rénovation des bittes de la rue (quasi) éponyme.

 

 

 

 

fbaraize.jpg

 

{lien vers l'article de la Gazette de Montpellier de janvier 2005}

 

 

fbaraize3.jpgFrançois Baraize (un grand MERCI à lui pour ses infos et "ses" photos), activiste, a lancé fin 2004 l'opération "À chacun sa bitte". À l'époque, la municipalité venait de réaliser la piétonisation du centre historique, et avait donc procédé à l'élimination de toutes les bittes qui ornaient les rues (pour empêcher les voitures de stationner). Pour une raison inconnue, il ne restait que celles de la rue des Sœurs Noires … mais ce n'était qu’une question de temps.

L'idée a alors germé de les faire décorer par les habitants et les artistes qui fréquentaient le bar du coin de la rue, le comptoir, tenu à l'époque par Mc Colomer.


François a touché quelques mots de l'idée à l'adjointe de quartier, qui n'y a vu aucune objection, d'autant plus que leur élimination était programmée. Sauf que les bittes en question coûtaient cher, et que la Municipalité avait prévu de les revendre. L'adjointe n'a donc pas obtenu le feu vert pour autoriser l'opération.

Lançant le mouvement, François a commencé à peindre la première bitte une nuit de décembre, c'était celle du 13 de la rue, où il habitait à l'époque. 

 

davido.jpgPuis il a diffusé dans tout le quartier l’affiche invitant les voisins à mettre en couleur ces bittes pour un adieu original. L'opération était clairement une opération "éphémère". Dans la première semaine de janvier 2005, les 55 bittes de la rue des Sœurs Noires ont été peintes, et l'opération "À chacun sa bitte" s'est terminée le 8 janvier par un apéritif "À chacun sa moule" avec une immense brasucade, partagée au coin de la rue par 200 personnes.

 


Des artistes comme Bocaj, Aurélie Piau, Seb, Françoise Frout, Meglie Rayam, Annabelle Vauvrecy, Olga Fuentes, Gaelle Costil et Caroline Marine Peintre Deco ont participé à l'opération  (n'hésitez pas à nous indiquer l'auteur de telle bitte si cela n'est pas mentionné).

 

fbaraize4.jpg

 

 

 

 

 

 

Olivier Khoenig

 

 

 

 

 

 

fbaraize5.jpg

 

 

 

 

 

 

  Magali Meyer

 

 

 

 

 

 

fbaraize7.jpg

 

 

 

 

 

 

Gaëlle Costil 

 

 

 

 

 

 

fbaraize8.jpg

 

 

 

 

 

  Pascal, le coiffeur d'R-Cut

 

 

 

 

 

 

 

fbaraize9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fbaraize10.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fbaraize11.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fbaraize12.jpg

 

 

 

 

 

  Françoise Bonnerot

 

 

 

 

 

 

 

 

fbaraize13.jpg

 

 

 

 

 

 

Bocaj 

 

 

 

 

 

 

 

fbaraize14.jpg

 

 

 

 

  Caroline Perrin

 

 

 

 

 

 

fbaraize15.jpg

 

 

 

 

Bénédicte Cémoix 

 

 

 

 

 

 

davido2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

davido3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pasperdus-canalblog.jpg

 

 

 

 

 

  Annabelle Vauvrecy avec un enfant

 

 

 

 

 

 

 

davido4

 

 

 

 

 

 

François Baraize (Mister Jack, c'est la 1ère peinte dans toute la rue)  

 

 

 

 

 

 

davido7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicolas-Kiko.jpg

 

 

 

 

 

 

Olga Fuentes 

 

 

 

 

 

 

Photo030--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo031--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

Françoise Bonnerot 

 

 

 

 

 

 

 

Photo089.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo103.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo106.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo005 (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo010--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cocoduc-blogspot.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bite-coloree2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

latetedelart-l-orientale.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicole-Meleo.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo001.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo007--4-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo008--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo027--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo084.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo092.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo101.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo102.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo108.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Photo109.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo110.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour la petite histoire, deux ados, qui avaient peint deux bittes rue Saint Paul une nuit, se sont faits surprendre par la police municipale en train de graffer. Celle-ci leur a dressé un procès-verbal pour dégradation de mobilier urbain, PV que François et ses amis ont fait sauter.

fbaraize2

 

Par la suite, la mission municipale Grand Cœur a trouvé le  résultat « trop chouette ». Pour information, il y a même eu une photo d'une des bittes dans le cahier spécial Montpellier de Libé, le 5 mars 2005.


La ville a très rapidement décidé de ne pas enlever les bittes, et d'en confier la responsabilité au collectif informel que François et ses amis avaient monté pour supporter l'opération "Les sœurs noires défroquées". Ce qui signifiait que l'opération d'art éphémère changeait de nature, que sa problématique devenait celle de la conservation des œuvres, et de leur devenir. Le collectif informel demanda donc par deux fois à la ville une aide en nature, sous forme de vernis protecteur, pour préserver les décors de l'agression du temps et de la vie urbaine … sans succès !

Photo015.jpg

 

 

 

Cela n'a pas empêché l'Offfice du Tourisme de communiquer sur cet art de ville, tant apprécié par les montpelliérains que par les touristes.

Aujourd’hui, une moitié date encore de l'époque, il en reste donc une petite vingtaine … en mauvais état pour la plupart. 

 


 

Les bittes, vouées à la destruction, ont survécu, et sont toujours là. Aujourd’hui, une moitié date encore de l'époque, il en reste donc une petite vingtaine … en mauvais état pour la plupart.

Elles sont redécorées régulièrement, dans une douce anarchie, par ceux qui le veulent.


 

Photo004.jpg

 

 

 

 

 

 

Obscene-Puppet

 

 

 

 

 

 

 

Photo095.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  BN Crew

 

 

 

 

 

SAM_0248.JPG

 

 

 

 

 

 

  Loko

 

 

 

 

 

Karo-trass.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  Karo Trass, de passage car elle de Caen

 

 


 

 

pasperdus-canalblog2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pdubois--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre-temps, le phénomène a essaimé rue Marceau, devant le consulat espagnol, mais aussi sur d’autres supports urbains. Ouvrez l'œil.

 

  

 

Envoyez vos infos/clichés par mail à photograffeurs@hotmail.fr ou sur flickr

 

{photos de nous, des fans de la page Street-Art mad' in Montpellier et d'autres personnes (nom dans le fichier)}

Repost 0
Published by Photograffeurs 12 Singes - dans Thématiques
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 17:24

 

Photo001

 

Les Photograffeurs des 12 Singes sont fiers d'avoir pu aider la radio nationale belge RTBF à interviewer BMX dans le cadre du 100è Tour de France pour parler de ses vélos muraux et nous du street-Art local général (podcast en bas de page), car "Vive le sport sur la 2" ... mais y a pas que ça dans la vie/ville (nous-mêmes ayant fait des synthèses sur la préhistoire des villes traversées dans le L-R) !

Voyez sa page fb, son tumblr et son instagram pour voir toutes ses créas.

 

Nous avons également aidé la Gazette de Montpellier à rentrer en contact avec BMX afin que Zoé fasse son interview papier !


 

sarah ville10

 

 

 

 

La première photo de vélo nous était parvenu sur le page Street-Art mad'in Montpellier en début d'année ! Il s'agissait d'un vélo à selle rehaussée que nous croyions être de Loko, ce graffeur multitechniques et multisupports ! En effet, il avait taggé son nom dessus, en-dessous de l'inscription "Young forever".

 

 

 

 

Photo008-copie-1

 

 

 

 

Allez savoir s'il s'est inspiré de ce vélo encastré d'un magasin de cycle ou de la Cadillac du Rockstore, toujours est-il que BMX s'est ensuite très vite lancé dans l'accrochage de vélos muraux !

 

 

 

 

 

 

SAM 0320

 

 

 

 

Les premières moitiés de vélo furent fixées en face de la CCI (Hôtel St Come)

 

 

 

cedric5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo029-copie-1

 

puis, non loin de là, deux parties arrières de vélos muraux (dont nous n'avons pas les parties guidon : si vous avez ça on est preneurs sur photograffeurs@hotmail.fr).

 

2012-05-22 15.31.23

 

 

Photo030-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors que BMX a posé à côté d'oeuvres de street-Art, comme ici après Oré, ensuite ce sont les graffeurs qui ont posé à côté des vélos muraux de BMX :


SAM 0297

 

 

 

 

ici une cassette vidéo pochée par le Collectif des Cerveaux-Lents

 

 

 

 

SAM 0303

 

 

 

 

 

 

et là un portrait de Corto Maltese avec en fond un smiley et deux Space Invaders !

 

 

 

 

 

Photo019

 

 

 

 

 

 

Si les vélos muraux sont surtout en centre-ville

 

 

 

 

 

 

Photo003

 

 

 

 

 

d'autres sont sur les voies de circulation, comme ici au début du Verdanson (à côté d'un bojo de Polar king size)

 

 

 

 

 

Photo002

 

 

 

ou ici avec ce mini vélo entier en sortant de la ville !

 

 

 

 

 

Vous voulez PARTAGER avec la Communauté de nouvelles photos, vous en avez des identiques aux nôtres mais de meilleure qualité ?

 

Envoyez vos infos/clichés par mail à photograffeurs@hotmail.fr ou sur flickr

 

{photos de nous et des fans de la page Street-Art mad' in Montpellier (nom dans le fichier)}

Repost 0
Published by Photograffeurs 12 Singes - dans Thématiques
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 13:59

 

 

État de l’Art du street-Art face à l’État

 

ou

 

Schizophrénie graffique municipale

 

 

 

IElieSerra

 

 

 

Comme beaucoup de villes, de France, de Navarre et d’ailleurs, Montpellier "joue" un double jeu : autant elle chasse impitoyablement les graffitis (de graphos, « fait de laisser une trace »), mettant dans le même sac les tags (« étiquette » en anglais, signature vite faite) et ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler le street-Art (ou Art dans la rue en bon françois de Villers-Cotterêts), autant elle surfe sur la tendance de la reconnaissance de cet Art populaire en l’institutionnalisant dans le cadre de cérémonies officielles et autres évènements où la mairie a plus ou moins partie liée.

 

 

Ainsi, le staff (photo)graff du Collectif des 12 Singes vous adresse cette supplique pour défendre et promouvoir l’expression Artistique populaire car le graffiti embellit nos murs gris de suie.

 

Qu’on l’aime ou pas, le graffiti fait partie de nos vies de citadins/Citoyens depuis la plus haute antiquité (l’art rupestre, préhistorique, ne pouvant être considéré comme du graffiti car il s’agissait de peintures/sculptures dans un cadre culturel/institutionnel/cérémoniel/rituel/cultuel), voir les détails dans notre article Graffiti : Histoire d’une expression populaire.

 

Sans remonter aussi loin, en 2010 et 2011 la galerie / le magasin Montana fêtait les vingt ans de graffitis de Montpellier, sachant que la ville est la seule en France à avoir un représentant (hors distributeurs) de cette marque reconnue qu’est Montana Colors.

 

plan space invaders 99 montpellPreuve de l’attrait depuis longtemps pour les street-Artistes envers la ville, alors que Space Invader a « actionné le programme » en 1998 sur Paris, dès aout 1999 il envahissait Montpellier avec Zevs dans le cadre de leur collaboration @nonymous. Il est à noter que Montpellier est la seule ville où les envahisseurs ont été placés de manière à faire apparaitre un grand Space invader lorsqu’on les place sur le plan de la ville (cf. le site dédié à cette attaque). Space Invader a posé 44 mosaïques dans toute la ville.
Si quelques mosaïques ont été enlevées (notamment celle posée devant la préfecture) et d’autres détériorées en voulant être récupérées, il en reste encore une trentaine en plutôt bon état (certaines sont intactes comme à leur pose), même celles accessibles facilement. On a d’ailleurs vu sur certaines photos que des graffitis avaient été effacés tout autour par la police murale mais que les mosaïques n’avaient pas été touchées.

 

zevs choc de Vénus zatEn 2001, à l’occasion du festival de skateboard Attitude organisé à Grammont, Zevs, André et d’autres street-Artistes à présent internationalement connus et reconnus, ont exposé dans la Galerie Saint Ravy (salle d’exposition municipale, s’il était besoin de le rappeler, située en plein cœur de l’Écusson) puis graffé le skate-park. Zevs revint en 2010 sur Montpellier pour la première Zone Artistique Temporaire (organisée par la mairie), à Antigone : comme la statue de la Vénus d’Arles de la place Zeus avait été renversée quelques mois auparavant, Zevs s’est emparé de l’accident pour imaginer une intrigante mise en scène.
Au sol, décapitée, démembrée, la statue gît dans son ombre. Autour d’elle, des éclats rappellent le fracas de sa chute. Fluo luminescente, Vénus diffuse la nuit la lumière qu’elle a accumulé le jour. La déesse romaine de l’amour et la beauté, tombée de son piédestal, semble toujours vivante.

 

Parallèlement, alors qu’en 2001 dans le cadre de la Battle Of The Year (devenu un énorme festival international de danse hip-hop) il y avait des graffeurs renommés qui faisaient des fresques sur des panneaux et les éléments muraux de Grammont, dès l’édition suivante la Galerie Saint Ravy fut à nouveau mise à leur disposition pour exposition, et la mairie profita du passage de ces talentueux "peintres en bâtiment" internationaux pour rafraîchir et embellir le gymnase départemental du faubourg Boutonnet.

Force est de constater que la municipalité a dû trouver là un bon moyen de faire plaisir visuellement aux passants tout en dépensant très peu pour un ravalement de façade qui devenait de toute façon obligatoire vu l’état décrépi du crépi.

eyelostPreuve en est que l’édition de 2003 refit une beauté au gymnase Alain Achille ; en 2004 ce fut le tour d’un bâtiment du quartier Saint Martin ; en 2005 le gymnase Jean Ramel (quartier Figuerolles) ; en 2006 le vestiaire du Stade de la Mosson (histoire de motiver les sportifs à porter hautes les couleurs montpelliéraines, d’où les excellents résultats actuels) ; en 2007 l’autre face du gymnase Alain Achille.

À partir de 2008, les performances graffiques en direct se firent dans des espaces beaucoup plus grand public, avec huit artistes régionaux sur l’Esplanade Charles de Gaulle ; en 2009 avec une rencontre entre languedociens et californiens (LanguedoCalifornia II) sur la place du marché aux Fleurs pendant deux jours puis également sur deux jours sur la place de la Comédie, histoire qu’un maximum de gens en profite (et ce fut le cas : tout le monde s’est régalé).

 

 

JONNYSTYLE3.jpg

 

 

Même le redoutable moustachu Jonnystyle travailla graffiquement pour la mairie (peut-être au titre de Travaux d’Intérêts Généraux, à moins qu’il ne s’agisse d’une galéjade de sa part, du meilleur ton dans ce cas-là) au bon accueil des touristes et des estivaliers, avec respectivement des bâches leur souhaitant de bonnes vacances sur la route des plages et des affiches pour indiquer que le vin est toujours à consommer avec modération (si bon soit-il).

 

 

 

210457028_c8f9183b97_o.jpg

Au-delà de ces aspects festifs/évènementiels, il est à noter qu’il y eut une vague de "peinturlurage" au milieu des années 2000 concernant les rideaux métalliques de devantures de nombreux magasins (plus d’une trentaine), du plus underground au plus chic (ici, Gum, pour une station de toilettage pour chiens, dont l’enseigne a déménagé depuis et les superbes graffs ont été enlevés alors que le lieu n’a pas été repris entre-temps). Les commerçants avaient bien saisi qu’il valait mieux prévenir les graffitis en commandant une fresque plutôt que de guérir sans cesse leurs "beaux" rideaux. En outre, globalement, une fresque graffiti commandée à un Artiste connu et reconnu dans le milieu permet de limiter un tant soit peu les tags.  

 

 

planetarium-galilee.jpg

Et que dire de cette fresque exécutée par un grand graffeur français sur le planétarium Galilée, sachant qu’Odysseum, cœur de l’Agglomération, projet novateur, est la réponse aux nouveaux enjeux de l’urbanisme commercial ? Le visage des centres commerciaux est aujourd’hui redessiné, modelant la vie urbaine en conjuguant ludique et commerce, complétant l’équipement commercial du centre-ville en renforçant sa diversité, son originalité et son attractivité.

La ville voulait repasser sur cette fresque, mais renseignements pris sur son auteur et sa notoriété, elle a décidé de commander son rafraîchissement/embellissement !

 

tiptop-large.jpg

 

 

Comme l’indique le magazine municipale Tip Top, depuis quatre ans, par le biais d’une convention de partenariat entre la ville de Montpellier et ERDF, les transformateurs électriques se refont une beauté. Alors qu’il s’agissait au départ de les repeindre à neuf, depuis 2011 s’est engagé une véritable opération Artistique, sous la tutelle d’un graffeur professionnel. L’objectif est de permettre à des jeunes issus des quartiers prioritaires de retrouver le chemin de l’emploi, en participant à ces chantiers de réhabilitation, cofinancés dans le cadre du Fonds Départemental d’Aide aux Jeunes ainsi que du Contrat Urbain de Cohésion Sociale.

 

 

 

IPPhoto069.jpgCette introduction faîtes, pour rentrer à présent dans le vif du sujet, nous ferons juste remarquer qu’un certain nombre de « jeunes cons/vandales » qui « salissaient » vos beaux murs gris il y a quelques années, sont pour certains devenus aujourd’hui de grands Artistes reconnus internationalement, qui exposent dans des galeries prestigieuses ou travaillent avec des marques qui savent reconnaître leurs talents. Comme vous célébrez graffiquement la Journée internationale (des Droits, toujours pas assez reconnus dans les faits) de la femme, nous nous contenterons de citer Koralie (ainsi que son mari Supa Kitch), à présent installée aux États-Unis, ainsi que Claire StreetArt qui marche très fort à la capitale. 

 

183392_114218605322872_100002042004608_107680_5537418_n.jpg

Pour information, les bojos de Polar, ceux qui égayent les murs (ou les défrayent, vue la prolifération de ces personnages) de toute la ville, ont récemment remporté le concours national "Tag my Giant Bag" organisé par la marque de sac-à-dos américaine EastPak. 

 

 

Nous ne doutons pas que vous savez qu’un certain nombre de ces talentueux Artistes sont issus de la réputée École des Beaux-Arts ou de la tout autant fameuse École Supérieure des Métiers Artistiques. Ils utilisent donc la rue pour passer de la théorie à la pratique, pour le plus grand bonheur visuel des passants qui ne vont jamais au musée ou en galerie et qui en prennent donc plein les mirettes juste en allant chercher leur pain.

Quelque part, on pourrait même croire que les municipalités cherchent à former la nouvelle génération, puisque nous savons que des MJC ou centres aérés (CLSH ou CLAE) organisent des ateliers graffiques pour les plus jeunes.

 

 

Organisateurs de balades photograffiques depuis avril 2011, nous avons toujours plus d’une trentaine de personnes de toutes CSP (Catégories Socio-Professionnelles) et de tous âges. De même, lorsque nous nous baladons à titre personnel dans la rue pour photograffier, il y a souvent des gens qui nous demandent pourquoi nous photograffons une gouttière ou un pan de mur, et lorsque nous leur montrons le sujet de notre attention ils constatent la plupart du temps qu’effectivement c’est beau et nous indiquent où trouver d’autres pépites graffiques.

En somme, la tendance actuelle du street-Art est un phénomène social autant que sociétal d’ouverture à l’Art (comme en mai 68 lorsque l’Atelier Populaire des Beaux-Arts lança le mouvement en donnant la parole aux murs, dont la BNF fit une exposition), dont vous ne pouvez empêcher ni les spectateurs ni les acteurs d’être parties prenantes ! 

 

Photo012 (2)

Et nous savons que telle n’est pas votre démarche puisqu’à l’occasion de la Journée internationale de la femme Montpellier Agglomération symbolise son action avec un « happening » culturel consistant, tout au long de la journée sur le parvis de l’hôtel de l’Agglomération, à l’habillage par trois artistes peintres (deux femmes, dont l’illustratrice Lucie Firoud, et un pochoiriste) d’un mur symbolisant les inégalités hommes-femmes.

 

 

 

Quand nous parlions de schizophrénie en sous-titre de ce rapport de synthèse, c’est qu’en fait le problème est qu’il y a deux poids deux mesures : le street-Art comme élément de communication institutionnelle et le street-Art comme moyen d’expression populaire. Nous comprenons bien évidemment que vous ne pouvez pas, légalement et moralement, promouvoir des actes illégaux d’atteinte à l’intégrité (par le biais de la propreté) de bâtiments publics/privés, mais nous "demandons juste" une plus grande tolérance envers des œuvres street-Artistiques qui obtiennent l’agrément de vos conCitoyens. Pour information, lors d’une balade photograffique, une madame d’un certain âge (pour ne pas dire d’un âge certain, ah beh si, on vient de le dire) nous a indiqué qu’elle était fâchée car la police murale avait effacé un pochoir qu’elle qualifiait de « joli », sachant qu’il était graffé sur le mur de sa demeure, donc dans ce cas concret la police murale a enfreint la loi de la propriété privée telle que définie dans la Déclaration des Droits de l’humain et du Citoyen en date du 26 août 1789 (la Liberté de la propriété privée, le Droit de propriété étant proclamé « droit inviolable et sacré », art.17) ! 

 

 

226939_10150200749182513_642887512_7327527_2376553_n.jpg

Sans vouloir jouer sur la corde sensible de la "concurrence" avec d’autres villes du pourtour méditerranéen héraultais (quoique si, si ça peut aider à faire bouger les lignes), nous signalerons juste qu’à notre humble avis la ville de Cette (ou Sète depuis 1927) a trouvé le bon compromis dans le cadre du festival K-Live, concept multidisciplinaire qui crée un pont entre Arts plastiques, Arts urbains, architecture éphémère et concerts de musiques actuelles. Ainsi, en accord avec la municipalité et les commerçants, de grands noms du street-Art (ici le doyen français, EpsylonPoint, qui a vécu et poché à Montpellier de 1978 à 1981) ont décoré la ville auparavant tristounette par bien des aspects (ce qui est encore un peu trop le cas, mais au moins la couleur redonne vie aux murs gris). De fait, Sète est devenue (en parallèle du MIAM, Musée International des Arts Modestes) un musée du street-Art à ciel ouvert, renforçant au-delà de Brassens et de l’étang de Thau son attractivité touristique !

 

Les gens ne viennent bien sûr pas à Montpellier pour ses Space Invaders, mais ils font partie de la visite de l’Écusson (ce que la municipalité et la police murale ont semble-t-il très bien compris, puisqu’encore une fois nombre de ces mosaïques seraient facilement "nettoyables" mais non, elles sont comme protégées étant donnée leur valeur Artistique intrinsèque).

 

 

Pour conclure, le fait d’avoir toléré les graffeurs dans le canal du Verdanson est déjà une bonne chose, même si cela peut être considéré sous le point de vue d’une certaine forme de ghettoïsation, dans le sens où l’on laisse les "jeunes" (un certain nombre ont plus de 25 ans) faire leurs graffitis, mais à l’écart des passants.

 

 

amJennifer-Redon.jpgNous pouvons tout à fait comprendre et même admettre que le graffiti ne plaise pas à tout le monde, mais concernant le street-Art sous ses formes les plus "acceptables", il serait temps de lui laisser plus de place dans l’espace public, comme cela sera encore fait à Celleneuve dans le cadre de la réalisation d’un collage gigantesque d’Al Sticking pour habiller/enjoliver les murs de béton lors de la Zone Artistique Temporaire d’avril. 

 

 

MPhoto010 (6)De par nos balades en ville à la chasse aux graffitis, nous avons bien vu que certaines œuvres restaient étonnamment longtemps, même celle-ci du Collectif des Cerveaux-Lents (qui a tenu six mois) alors qu’elle est tout de même pour le moins "violente" visuellement et sachant qu’elle était collée au mur d’une banque, sur le côté de la préfecture. Nous ne pouvons que remercier la police murale, soit pour son manque d’efficacité concernant toute l’ampleur du terrain à couvrir, soit pour son intérêt envers certaines œuvres, qu’elle tolère donc plus longtemps. 

 

 

Photo080Personne n’est à même de juger du "beau" comme du "bon" (le XXè siècle nous a malheureusement montré les dérives sectaires et criminelles que cela engendrait), mais ce serait fort urbain de votre part de laisser les œuvres street-Artistiques en place au moins deux semaines, le temps que les passants en profitent et que le réseau de photograffeurs que nous avons mis en place puisse les immortaliser pour ensuite les partager avec les amateurs, nombreux, de cet Art qui, nous vous l’accordons, reste (et doit rester) du "vandalisme" … considéré comme moyen d’expression et de décompression d’une société et d’habitants qui vivent des temps difficiles et incertains à l’aube du XXIè siècle et de ses nombreux bouleversements. Dans le cas présent, Loko a graffé des poubelles grises, ce qui dédramatise un peu les problématiques environnementales sur la gestion des déchets et peut donner plus envie de les trier (beaucoup de gens adorent, d’autres détestent, mais ces conteneurs ne laissent pas indifférents).

 

 

Peut-être aurons-nous l’occasion d’échanger nos points de vue à la suite de la conférence organisée par l'association des Amis du Musée Fabre, lundi 19 mars de 18h30 à 20h au café de l’Esplanade, sur "la place du street-Art dans l'Art contemporain", animée par le staff de Montana Shop.

 

 

MERCI de nous avoir lu jusqu’au bout, vous souhaitant bonne réception et compréhension de la présente synthèse sur l’état de l’Art du street-Art face à l’État (les institutions), nous vous souhaitons le meilleur dans votre engagement culturel … pour l’intérêt général bien compris !

 

 

 

logo-rouge-mini.jpg

 

 

 

Staff (photo)graff du Collectif des 12 Singes, Collectif d’écriveurs autoédités qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges !

Repost 0
Published by Photograffeurs 12 Singes - dans Thématiques
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 10:00

A l'occasion de la journée de la femme et après avoir déjà fait des articles graffiques sur des graffeuses telles que Koralie ( la doyenne des graffeuses montpelliéraines), Claire, et Lady SonP, il était grand temps de vous présenter le taff graff de Zoulette (cf. article sur elle), grande dame du street-Art en mode multitechnique (collages, sprays et marqueurs bien flashies).

 

DSCN1714.JPG

 

 

Contrairement à tout le monde, la Zoulette girl est née femme (fatale) avant de devenir fille.

 

 

pcaroline-hdz-Zoulette.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN1660.JPG

 

 

 

Même si ici elle porte un foulard de "mémé", la Zoulette girl n'en finissait pas de rajeunir,

 

 

 

 

DSCN1643.JPG

 

 

 

 

 

passant évidemment par l'âge ReBelle avec son slogan "Graff or life" !

 

 

 

 

 

 

 

pDSCN1689.JPG

 

 

 

 

 

Mais, de toute façon, plus jeune déjà, la Zoulette girl aimait à se faire remarquer, comme ici à côté du Fond régional d'art contemporain, 

 

DSCN1708.JPG

 

 

 

 

où là avec ses propos anti-guerre qui n'ont pas plus à tout le monde !!!

 

 

 

 

pDSCN0055.JPG

 

 

 

Bref, la Zoulette girl n'a jamais été fille à se laisser faire, criant haut et fort son point de vue sur ce qui l'emmerde !!!

 

 

 

 

 

219722_208453119282504_1353901551_o.jpg

 

 

 

 

La Zoulette girl a toujours aimé prendre l'air, seule

 

 

 

 

 

466528_228614667266349_758352048_o.jpg

 

 

 

 

ou avec des potes, comme ici "Elliott le Dragon".

 

 

 

 

 

SAM_0277.JPG

 

 

 

 

Elle aimait aussi faire pousser de la verdure colorée sur les murs gris des villes mais son bonheur n'était pas complet.

 

 

 

 

418424_208452382615911_65156839_n.jpg

 

 

 

Jusqu'au jour où elle tomba sur une "fenêtre" murale aux couleurs bien flashies comme elle aime, et ce fut la révélation :

 

 

 

 

 

464430_183559735105176_1221048395_o.jpg

 

elle aussi voulait donner vie aux murs gris et offrir aux passants une touche d'optimisme en colorant leurs journées parfois si ternes !!!

 

 

 

 

 

706010_255231304604685_249691600_o.jpg

 

 

 

 

Bref, elle était tombée amoureuse de cet Art urbain qui fait tant de bien !

 

 

 

 

 

616089_238645342929948_1268325831_o.jpg

 

   

Comme quoi le hasard fait bien les choses, le jour même elle tomba sur un groupe de graffeurs à l'oeuvre. Ils lui prêtèrent une bombe et lui enseignèrent le ba-b.a. technique autant qu'esthétique.

 

 

 

 

Au-pied-des-murs5.jpg

 

 

 

 

Ni une ni deux, le soir même elle alla fouiller dans son coffre au trésor et trouva tout le nécessaire pour ses premières esquisses.

 

 

 

 

 

Photo001--2-.jpg

 

 

 

 

Certains pouvaient trouver ça très/trop minimaliste, voire enfantin (normal pour une gamine),

 

 

 

 

133880_231550236972792_421160783_o.jpg

 

 

 

 

mais elle n'en avait cure, tout ce qu'elle voulait c'était la Liberté de créer !!!

 

 

 

 

De toute façon, elle savait très bien dire merde aux râleurs, à sa manière bien sûr !

 

615353_241255232668959_212145042_o.jpg

 

 

704667_255772824550533_169002639_o.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

zoulette27.jpg

 

 

 

 

Qu'on se le dise : la Zoulette girl n'est pas que de pas sage,

 

 

 

 

 

DSCN0684.JPG

 

 

 

même si on peut avoir cette impression car elle fuse.

 

 

 

 

 

 

DSCN1175.JPG

 

 

 

Mais elle est comme ça la Zoulette girl : elle aime agir hors cadre (même si ici cette créa est très soigneusement cadrée par cet arc mural),

 

 

 

pDSCN1144.JPG

 

 

 

et c'est justement ce qui déplaît à la police ... murale comme municipale comme nationale :-sss (si, "au moins", elle ne faisait pas autant de fautes d'orthograffe ...)

 

 

 

 

009.JPG

 

 

 

Que voulez-vous ? : la Zoulette girl a dû mal écouter au catéchisme et depuis elle confond toujours le "Je vous salue Marie" avec son slogan "Je vous salis ma rue" ;-)]}

 

 

 

 

je-reve-a-des-murs-meilleurs2.JPG

 

 

 

Il n'en reste pas moins que la Zoulette girl rêve à des murs meilleurs,

{ici en collab' avec Obscene-Puppet}

 

 

 

 

DSCN0655.JPG

 

 

 

 

avec ou sans fissure,

 

 

 

 

 


pPhoto011.jpg

 

 

 

 

où elle puisse exprimer son envie de ne pas être sérieuse (la négation est écrite en rose)

 

 

 

 

 

 

 

Un-pas-sage--deux-pas-sots-better-with-two-fingers.jpg

 

 

 

en conviant au passage des potes car un(e) pas sage, deux pas sots !!!

{ici en collab' avec Better with two fingers}

 

 

 

 

 547898_289062841221531_377509941_n.jpg

 

 

Mais qu'on ne s'y trompe pas : même si la Zoulette girl aime buller, c'est rarement à vide car elle est plus maline que certains peuvent le croire ! Elle n'a pas de crise de la pensée, elle qui aimerait tant panser la crise !!!

 

 

 

706047 255219657939183 1440269049 o

 

 

 

Et elle est clairement lucide sur notre société et préfère se priver de jouets inutiles que de faire la course à la con sommation de faim d'ânée !!!

 

 

 

 

L-encre-de-mes-maux-m-empeche-de-chavirer.jpg

 

 

 

Elle est également poétesse à ses heures, comme ici à Sète où elle déclare sur son petit bateau (qui a des jambes sinon il ne marcherait pas ).

 

 

 

 

412331_218729501588199_468529742_o.jpg

 

 

Bon allé, c'est pas tout ça, mais là c'est l'heure du quatre heure devant Gulli et la Zoulette girl doit se battre pour garder le contrôle de la télécommande alors que sa grand-mère chinoise zappe pendant qu'elle mâte.

{ici en collab' avec des potes à elle, étudiants en mode}

 

 

 

859786_300364043424744_1122591464_o.jpg

 

 

 

 

L'entrée des artistes on verra ça demain, d'ici là, silence, on tut...

 

 

 


Vous voulez PARTAGER avec la Communauté de nouvelles photos, vous en avez des identiques aux nôtres mais de meilleure qualité ?

 

Envoyez vos infos/clichés par mail à photograffeurs@hotmail.fr ou sur flickr

 

{photos de l'Artiste, de nous et des fans de la page Street-Art mad' in Montpellier (nom dans le fichier)}

Repost 0
Published by Photograffeurs 12 Singes - dans Thématiques
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 15:09

 

Vous avez des infos sur l’Artiste ou sur l’œuvre ?
Vous voulez PARTAGER avec la Communauté de nouvelles photos, vous en avez des identiques aux nôtres mais de meilleure qualité ?
Envoyez vos infos/clichés par mail à photograffeurs@hotmail.fr ou sur flickr

 

 

Photo027

 

 

 

Quand on

 

{sticker de "m"}

 

 

 

 

 

Photo008

 

   

 

 

    Klmoneagain3

 

 

 

 

 

 

 

 

{pochoir de 3LP, photo de Klmoneagain On'nanoko} 

 

on offre toute l'année des fleurs 

 

fleurPhoto028 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo021

 

 

Photo057

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 {photo de http://​latetedelart.over-blog.net}

latetedelart-quand-j-y-pense

 

 

Pfleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

{photo Marina Lavigne, oeuvre d'Al Sticking}

 

amMarina Lavigne2

 

  sarah-ville11.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Photo004 (2)

 

 

 

 

 

 {photo Sarah Ville}

 

 

    Photo145

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 à l'élu(e) de son

     Photo008 (2)

 

 

    coeur mosaique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo014 (2)

 

 

 

 

 

slme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

{collage Slme} 

 

 

 

 

Tout ça pour dire que l'être aimé(e) doit être bisouté/chouchouté toute l'année

 

claire  

 

 {installation devant le freemarket,
photo de Alaiz Anarkao}

Alaiz Anarkao

 

 

 

 

 

 

 

{collage Claire Street-Art} 

 

 

 

 

 

 

 

Bernabé Pop-artos2

 

et qu'on devrait faire plaisir à l'autre en dépensant son argent sans raison/but,

 

{un bojo de Polar, photo de Bernabé Pop-Artos) 

 

Polar-bojos.jpg

 

 

 

 

d'autant plus si on est marié !

 

{réinterprétation moderne de Les Époux Arnolfini [peinture sur bois (82 x 60 cm) de Jan van Eyck datant de 1434] par Polar}

Repost 0
Published by Photograffeurs 12 Singes - dans Thématiques
commenter cet article